Naissance

Une naissance nous change en profondeur: célébrer une nouvelle vie et accueillir des enfants dans notre monde. Nous vous laissons le choix entre une fête de la naissance et un baptême. Fêter la naissance d’un enfant avec la famille et les proches afin de souhaiter la bienvenue à un enfant. Nous chercherons ensemble les textes, chants et symboles qui exprimeront le mieux notre lien avec l’universalité des valeurs et l’ouverture au monde.

Lors d’un baptême, il s’agit d’accueillir quelqu’un dans la grande famille universelle des chrétiens. Notre identité est catholique, ce qui signifie “universel”. Des symboles de toujours comme eau, feu et huile, ont leur place mais sont rendus vivants grâce à la créativité de tous. Le célébrant procurera un acte de baptême qui pourra être présenté à la paroisse à l’occasion de la première communion ou de la confirmation.

Validité de l'acte de baptême

Nos cérémonies sont reconnues par l’Eglise Catholique Romaine. Cela est confirmé par Rik Torfs (juriste, spécialiste du Droit Canon, recteur de l’université de Leuven, KUL). Il a écrit à des parents: “Le baptême est basé sur les articles 849 et 869 du Code du Droit de l’Eglise de 1983. Le curé ainsi que l’évêché peuvent toujours me contacter. Le baptême est indissociable de l’appartenance à l’Eglise Catholique Romaine.” (Interview du 14/06/2012 à la VRT, Télévision publique flamande).

Lors d’un entretien avec l’évêque de Gent (Mgr Van Looy), Emmaüs a posé la question suivante: “Refuseriez-vous la communion à un enfant qui se présenterait devant vous?” Sa réponse fut brève et claire:"Non”. Il en va de même pour l’évêque d’Antwerpen, Mgr Bonny, qui a déclaré après le synode sur la famille en octobre 2015 qu’il ne refuserait jamais la communion à un enfant.

Certains sites internet racontent que nos cérémonies ne seraient ni valides, ni licites. Cela ne correspond pas à la réalité. Si un problème surgit, nous le réglerons avec vous.

Lettre des Evêques belges concernant la validité d’un baptême dans l’Eglise Catholique.

Il y a encore quelques curés qui donnent des informations erronées et fausses sur la validité de nos baptêmes.

L’abbé Rik Devillé a écrit à ce sujet aux évêques. Vous pouvez lire ci-dessous leur réponse. En fait, les enfants et leurs parents sont généralement bien accueillis dans leur paroisse avec plus de compréhension et de respect de leur vie privée.

Ce n’est pas le rôle d’un assistant paroissial, prêtre, enseignant, catéchiste, direction d’école, de questionner publiquement les parents ou l’enfant sur son baptême. De même, il n’est pas permis de demander publiquement si des parents sont mariés ou baptisés. La législation sur la vie privée n’est ainsi pas respectée. Si cela se produit, les parents peuvent introduire une plainte à la commission de la vie privée via commission@privacycommission.be (rue de la presse 35 à 1000 Bruxelles)